skip to Main Content

Les 10 qualités indispensables pour devenir un bon manager!

Les 10 qualités indispensables pour devenir un bon manager!

Etre un bon manager, voici certainement une de vos ambitions . Certains semblent plus doués que vous, pourtant cela n’est pas si évident, croyez-moi.

« C’est un manager né ! » Voici une phrase que l’on entend parfois. La capacité au management serait donc une sorte de don. Pas du tout ! Il est vrai que certains sont plus charismatiques. Dans cet article, chaque qualité s’accompagne d’une question à méditer pour vous situer personnellement si vous pensez être un bon manager 

 

 

1 – Votre humilité : la qualité oubliée d’un bon manager

Vous avez beau être bon, voire le meilleur, rien n’est jamais gagné pour toujours. Si vous vivez le syndrome de la grosse tête, vous ne pourrez parvenir à motiver durablement vos troupes, car vous deviendrez vite insupportable. Le but de l’équipe est alors de vous pointer du doigt sur vos défauts afin de vous faire tomber de votre piédestal.

Il ne s’agit nullement de faire profil bas, mais de rester humble face à une vraie réussite personnelle. Le fait de manager les autres signifie une responsabilité supplémentaire, un motif de fierté qui se doit de rester personnel. Le succès est présent, c’est tant mieux, mais il est aussi celui de votre société et de votre équipes.

2 – Le respect, la base de votre management

via GIPHY

Respecter vos « N-1 », y compris ceux que vous n’avez pas personnellement choisis, voici une saine fondation pour construire des relations porteuses d’avenir. A condition que la réciproque soit vraie. Sans respect de part et d’autre, il est quasiment impossible d’avoir non seulement une bonne ambiance, mais aussi une vraie motivation pour avancer et pour que chacun remplisse ses objectifs, ensemble et séparément.

  • Comment allez-vous contrôler votre énervement, votre mauvaise humeur et parvenir à communiquer en vous basant sur des éléments concrets?

 

3 – Un manager veut grandir

Un bon manager n’est jamais arrivé, du moins dans sa tête. Il se connaît, et sait qu’il peut toujours progresser pour mieux remplir sa tâche. Votre autosatisfaction ne serait pas une bonne compagne, elle se doit d’être temporaire, car elle se transforme peu à peu en mauvaise conseillère.

Élargir vos domaines de compétences, continuer à vous former dans les domaines où vous vous sentez quelque peu imparfait, voici ce qui vous évitera une certaine routine. Etre un meilleur orateur, vous perfectionner en finances, apprendre une langue, sont des solutions pour parvenir à continuer à progresser dans votre carrière, ou à mieux accomplir votre tâche actuelle. Cela vous permettra également de développer votre confiance et par conséquent de réduire le niveau de stress.

  • Avec ou sans le concours de votre entreprise, avez-vous un plan de formation pour cette année?

 

4 – Aider les autres à progresser

En grandissant soi-même, on a aussi envie de faire de même avec les autres. Ce qui est naturel avec ses enfants et ceux que l’on aime n’est pas toujours aussi évident avec des collaborateurs, que l’on a le droit d’apprécier plus ou moins.

Vous avez pourtant le devoir de faire progresser votre équipe, voire de pousser ceux qui ont un vrai potentiel, mais n’osent peut-être pas se lancer.

On le sait, seuls ceux qui se sentent en situation d’infériorité ont peur de faire progresser les autres, peur de perdre leur place, parfois suite à une mauvaise expérience précédente.

Pour devenir le fameux « manager modèle  » vous ne pouvez avoir peur d’améliorer les connaissances de personnes qui vous entourent. De cette façon, vous préparez l’avenir, le vôtre il va sans dire, mais aussi celui de votre champ de responsabilité.

  • Avez-vous un plan de progression pour chaque membre de votre équipe?

 

5 – Savoir fixer vos objectifs

Fixer des objectifs ne s’improvise pas et n’est pas si évident, car ceux qui sont définis au niveau global se doivent d’être déclinés dans tous les services et pour chaque salarié. Vous vous rappelez certainement de la toute première fois où vous avez eu la responsabilité de fixer les objectifs de vos collaborateurs ! Non seulement, les objectifs évoluent et parfois, ils ne sont pas du tout réalistes ou spécifique. Les équipes semblent très occupées mais il y a beaucoup de pertes d’énergies.

  • Avez-vous une méthode efficace pour fixer vos objectifs ?

6 – Ne pas perdre votre but de vue

Au quotidien, votre vie de manager est bien remplie. Les journées filent et vous avez parfois l’impression que vous n’allez jamais avoir le temps de tout faire. Il est facile dans votre emploi du temps surchargé et accompagné d’un stress relativement élevé de perdre votre sens des priorités et d’avancer au jour le jour.

Attention, il ne faut pas que cela dure trop longtemps. Garder le cap, voici l’un de votre savoir-faire principal. Vous pouvez même mettre une boussole sur le bureau pour vous en souvenir 😉 Vous devez pouvoir reprendre le fil rouge de la politique menée par l’entreprise pour agir de façon cohérente en accord avec d’autres services.

  • Avez-vous une méthode de suivi et de correction qui a fait ses preuves ?

7 – Prendre le temps de dire « Bravo »

via GIPHY

Les enfants se plaignent parfois du fait que leurs parents sont toujours prêts à les récriminer sur les erreurs qu’ils commettent, mais peu enclins à les féliciter. Vous avez remarqué qu’il est plus aisé de vous appesantir sur une erreur commise, à raison, sauf qu’il  vous faut aussi savoir reconnaître lorsque le travail est bien fait. Prendre le temps de dire merci ou de féliciter une personne a toujours un effet positif : le salarié sait qu’il travaille bien, que vous l’avez remarqué, et ressent évidemment de la satisfaction à voir ses efforts reconnus.

La rémunération ne fait pas tout, les primes non plus bien qu’elles soient évidemment appréciées, la reconnaissance est partie intégrante de la motivation de tous. Le corollaire de la reconnaissance du travail bien fait est bien entendu la délégation, contrôlée, mais bien réelle. Faites face à votre peur de déléguer et et avec le temps, vous serez comment le faire correctement.

  • Au-delà du salaire, quelles sont vos rituels pour célébrer les succès des membres de votre équipe ?

 

8 – Votre autorité utilisée à bon escient

Votre autorité a du bon, à défaut d’être naturelle, elle peut aussi s’acquérir peu à peu. Vous devez peut-être manager des personnes plus âgées, dont l’ancienneté est reconnue et qui connaissent bien la société et ses rouages, parfois mieux que vous. Cela n’empêche que l’autorité est effectivement dans vos mains et que vous devez être à même de  l’utiliser. A bon escient cela va sans dire, bien que cela exige parfois une formation adéquate.

Vous réalisez certainement que faire une reprise d’autorité sur un collaborateur ne s’improvise pas, surtout la première fois. Cela demande une préparation, mais aussi l’apprentissage d’une certaine méthode. Si vous êtes un jeune cadre qui vient d’être recruté, vous serez attendu au tournant par une équipe pas forcément satisfaite et les problèmes ne seront pas faciles à résoudre.

  • Comment utilisez-vous votre autorité tout en créant une bonne ambiance d’équipe ?

9 – Sachez communiquer… et écouter

On attend d’un bon manager qu’il sache communiquer correctement à la fois par écrit et par oral. Une communication qui se fait bien entendu au jour le jour, mais qui doit aussi se faire plus solennelle lors des entretiens de recrutement, d’évaluation, en réunion, ou lors de conventions. Vos salariés se sentirons impliqués et motivés lorsqu’ils reconnaîtront aussi en vous, vos talents de communication.

Rien de pire que de se sentir gêné face à un supérieur hiérarchique qui ne serait pas à la hauteur. L’écoute est à la base de la communication, mais elle vous permet aussi de manager, d’écouter calmement les récriminations ou les suggestions des uns et des autres et d’arbitrer certains conflits sous-jacents avant que la situation ne s’envenime.

  • Pensez-vous être un bon communiquant à l’écoute de vos collaborateurs  ?

10 – Votre rôle de manager : un devoir d’exemplarité

On n’a encore rien trouvé de mieux que l’exemplarité pour être à la hauteur de ce qu’attendent les salariés. Si on sait qu’il est difficile de dire à un adolescent de ne pas commencer à fumer alors que l’on est soi-même en train d’essayer d’arrêter pour la dix-huitième fois, il en va de même dans l’environnement professionnel. Autant dire que le fameux adage « Fais ce que je dis mais pas ce que je fais  » ne fonctionne pas, là comme ailleurs.

Difficile d’être irréprochable, un bon manager n’en reste pas moins humain ! Pourtant votre conscience des responsabilités vous permettra d’adopter un comportement adéquat y compris lorsque l’on partage des moments en dehors de la sphère professionnelle.

  • Comment faites-vous concrètement pour donner un exemple à suivre à votre équipe ?

Vous pouvez également téléchargez mon livret : les 7 fondations du leadership de soi pour devenir un manager d’exception!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top