Cet article m’a été inspiré par une cliente qui a beaucoup de mal avec une personne qui a toujours raison.

Ces personnes ne vous laissent pas placer vos mots et même quand vous y arrivez, elles ont l’art de retourner la situation contre vous.

Colère

Lorsque c’est votre chef, vous faites tête basse pour ne pas perdre votre boulot. Quand, c’est votre employé, des pensées de renvoie immédiat peuvent traverser votre esprit clip_image001[4] Parfois, la personne habite à la même adresse que vous et comme vous avez de la personnalité, vous poussez des cris d’indiens aux grands regrets de vos voisins.

Que faire, existe-t-il des astuces?

Mes petites recettes viennent de nombreux échanges avec mes clients mais aussi de ma propre expérience car comme vous, j’aime avoir raison (pas toujours)clip_image001[4]

Si vous n’êtes pas la réincarnation d’un maitre zen, en fonction de votre personnalité ou du degré de votre frustration, vous risquez d’avoir 2 types de réactions qui vous dérangent :

  • Vous pétez un câble et vous sortez tous les noms d’oiseaux mais il gagne malgré tout !
  • Vous êtes du genre, je rumine tout à l’intérieur et vous seriez un bon candidat pour les ulcères à l’estomac.

Astuce 1 : Acceptez, vous ne la changerez pas et faites la paix avec vos imperfections

Cette personne n’agit pas seulement comme ça avec vous, elle le fait avec beaucoup d’autres. C’est sa façon de se protéger et elle la pratique depuis très longtemps, vous ne la changerez pas.

Il vous reste le seul choix…apprendre à gérer vos réactions, le match se joue entre vous et vous-même !

se regarder-miroir

Si vous êtes du genre à péter les plombs de manière raisonnable, sachez que c’est normal, on s’emporte parfois! Même si vous suivez des cours de zen accélérés, vous n’arriverez jamais à un contrôle total.

Accepter, c’est faire le deuil des attentes qu’on a pour que l’autre se comporte selon nos codes sociaux mais c’est aussi parvenir à se moquer de nos imperfections!

Il m’arrive de rire aux larmes car parfois, je fais le contraire de ce que j’aurais souhaité. J’aime dire ceci :” Ne soyez pas parfais, soyez exceptionnels’’ comme ça, il y a de la place pour rester humain.

Si vous jouez dans la catégorie hystérique confirmé, cet astuce ne vous sera d’aucune utilité. Vous êtes passé maitre dans l’art du démarrage au quart de tour. Vous devez aller directement à l’astuce 2

Et si vous ruminez au point d’en être malade, méditez cette astuce et surtout apprenez la 2ème!

Astuce 2 : Préparez-vous mentalement et faites un plan de bataille

Comme vous connaissez déjà le personnage et que vous risquez de la confronter, préparez- vous mentalement!

Dans le cadre professionnel et dans une moindre mesure dans le cadre privé, préparez par écrit vos différents arguments en imaginant toutes les réactions que cette personne pourrait avoir!

Vous avez besoin des FAITS mais puisque les faits s’interprètent, vous avez besoin des PREUVES pour vos arguments.

Les faits-les preuves

Dans cette préparation, c’est important de vous fixer un défi du style (astuce1) “quoi qu’il dise, je ne le prends pas personnellement. C’est sa façon d’agir et de marquer son territoire” (Autorisez-vous aussi une marge d’échecs car ça ne marche pas à tous les coups)

Pour illustrer cette astuce, j’ai collaboré avec une personne qui voulait toujours avoir raison. Après de nombreuses luttes peu productives, j’ai choisi de toujours préparer mes arguments. Avant nos réunions, je réunissais tous les documents utiles (des preuves). Lorsqu’il lui arrivait d’affirmer avec force des choses inexactes, je lui soumettais les documents et lui demandais son interprétation.

Face aux preuves, le problème n’était plus entre lui et moi, mais entre lui et le document. Lorsqu’il n’y avait pas des documents comme preuves, soit je prenais le temps de les réunir, soit j’utilisais la troisième astuce.

Astuce 3 : Evitez la confrontation directe et posez des questions

Ceux qui aiment avoir toujours raison sont des maitres de la confrontation directe. Ils vous ratatinent avec vos émotions si vous n’avez pas de preuves ! Avec ou sans preuves, vous devez avoir des faits passés (ses propos, ses engagements ou les vôtres)

Dans ma situation, au lieu d’affirmer haut et fort ce qu’il a dit ou ce que j’ai dit et fait, je lui posais des questions sur sa compréhension des faits ! En essayant de comprendre ses arguments, je me rendais compte qu’il avait en partie raison. Nous voulions la même chose par des chemins différents.

Très vite, j’ai compris que le fait de ne pas attendre qu’il change (astuce 1), de me préparer mentalement tout en réunissant des preuves (astuce 2) et surtout de ne pas l’affronter directement (astuce 3) étaient bénéfiques pour nous deux.

Je ne le remercierai pas assez (lui et tant d’autres) de m’avoir appris à me dépasser mais il y a encore du chemin. Et vous, quels sont vos astuces?

Photo: Marc Eliot, Patrick Subotkiewiez, La Transfo,